Image default

[LETTRE OUVERTE] Et si Bergerac devenait une ville référence sur le sport ?

Après cette saison 2019 / 2020, le complexe du Pont Roux a pu voir ses limites en termes de conditions d’accueil, de qualité des installations et de vie associative commune. C’est d’ailleurs une donnée importante qui est ressorti de l’enquête envoyée aux licenciés du club (3,7 sur 10 de moyenne, sur 100 réponses)

Nous en avons conscience et nous le déplorons… 
Afin de garder une cohérence dans le projet du club et en ayant conscience des limites financières de nos collectivités, nous souhaitons soutenir le projet de complexe sportif à La Poudrerie destiné aux équipes féminines de la ville. 

Ce projet sera présenté au service des sports dès la semaine prochaine. 

Il nous permettrait de (ré)aménager un espace laissé à l’abandon depuis de nombreuses années. Avec Jean-Paul Coudert, nous espérons doté la section féminine du BPFC (notamment) d’un complexe dédié à leur épanouissement sportif et humain

Il a le mérite de ne pas être si onéreux contrairement à une création de A à Z : des vestiaires, un foyer commun, un travail sur les terrains et un cloturage pour la fermeture de l’espace sont un minimum… De nombreuses solutions pour l’aboutissement de ce type de projets existent au-delà de nos collectivités grâce à l’apport de la FFF sur le football amateur

La collaboration inter-clubs et la mutualisation des infrastructures seront une donnée essentielle pour la progression des installations sportives. 

Pour appuyer notre projet, nous avons décidé de lancer une pétition à destination de nos élus (et futurs élus) pour les alerter sur la situation (très) préoccupante de nos infrastructures : insalubrité, normes dépassées, qualité médiocre… 

Nous invitons tous les sportifs/ves Bergeracois(e) à apposer sa signature pour faire progresser la chose et faire valoir notre poids dans la vie associative locale : 

Cette pétition s’adresse sur une rénovation GLOBALE des installations avec une politique ambitieuse sur court, moyen et long terme. 

Bien évidemment, nous avons en tête qu’à l’heure actuelle, la préoccupation est sur notre santé et cette crise économique à passer. Mais de par cet enjeu d’infrastructures, il y a également la question de notre projet associatif : accueillir le plus grand nombre de licencié(e)s pour les former à la pratique du football. 

On ne peut pas imaginer jouer au football sans ballon, nous n’imaginons pas former de bons footballeur(se)s sans des installations décentes. 


Pour le BPFC, Jean-Paul COUDERT & Paul FAUVEL