Image default

BPFC MEMORIES : L’ITW de Bakaye DIBASSY

Histoire de passer le temps, le BPFC vous propose des interviews d’anciens joueurs qui ont marqué l’histoire du club ! Aujourd’hui C’est Bakaye DIBASSY qui revient sur son aventure bergeracoise qui l’a conduit jusqu’à la Ligue 1 et au monde professionnel !

Bakaye, que de chemins parcourus depuis ton passage à Bergerac… Mont-de-marsan, Sedan puis Amiens et une montée de folie en Ligue 1. Tu es maintenant un cadre du club Picard, raconte-nous tes débuts professionnels et ton ascension ? 

« Mes débuts en professionnel se sont très bien passés, j’ai eu la chance d’arriver dans un club comme l’Amiens SC qui m’a fait confiance assez rapidement. Mon ascension a pris du temps car j’ai pas mal joué en milieu amateur notamment en CFA2 et CFA mais cela m’a permis d’être assez mâture à mon arrivée dans le monde professionnel. »

Tu as été au club entre 2010 et 2013, qu’est-ce que tu retiendras de ton passage Périgourdin ? Un souvenir en particulier ? 

« Je suis très reconnaissant envers le BPFC car c’est le club qui m’a donné ma chance en 1er. Ce qui m’a le plus marqué c’est le côté familial de ce club. Je me souviens de cette victoire en coupe d’Aquitaine formidable. »

Peux-tu nous expliquer la différence qu’il existe entre la N2 (ex-CFA) et la Ligue 1 ? Quels sont les « secrets » (s’il y en a) pour parvenir à franchir ce cap ? 

« Il y a beaucoup de différences entre la N2 et la Ligue1 notamment la qualité des joueurs mais aussi la vitesse de jeu et de réflexion. Il n’y a pas de secret, juste du travail. »

Est-ce que l’on peut parler de deux mondes différents entre le monde amateur et le monde professionnel ? L’ambiance dans les stades, l’adversité, la préparation… 

« C’est sûr c’est 2 mondes totalement différents. En professionnel tout est contrôlé, l’hygiène des joueurs les entraînements sont très pointilleux et au niveau des matches il y a beaucoup de caméras de journalistes contrairement au monde amateur. Mais les attentes sont les mêmes, il faut être performant que ce soit en amateur ou en professionnel. 

Une question qui nous taraude : c’est plus difficile de défendre sur Mbappé ou plus dur avec Oussama Belfoul ? 😉 

« Sans manquer de respect à Oussama qui est très dur à marquer et qui est pour moi un super buteur, Mbappé est compliqué à prendre au marquage. »

Est-ce qu’il t’arrive de suivre encore les résultats du BPFC malgré ton rythme de footballeur professionnel ? Si oui, que penses-tu du projet mis en place ? 

« Oui, je suis toujours les résultats du BPFC, un peu de loin, certes ! »

Aura-t-on la chance de te revoir un jour à Campréal ? 

« J’espère repasser à Campréal dès que j’aurais un peu de temps libre ! »